Panier

Aucun produit

0,00 € Expédition
0,00 € Taxes
0,00 € Total

Les prix sont TTC

Panier Commander

https://ccgm.org/211-579-thickbox_leoshoe/carte-tectonique-des-plaques-depuis-l-espace-pdf.jpg Voir en plein écran

La Tectonique des Plaques depuis l'Espace - PDF

Échelle équatoriale : 1:50 000 000 - Pour les pôles Nord et Sud: projection stéréographique polaire 
1 feuille de dimensions : 99 x 67 cm
© CCGM 2006 
Auteurs :
N. Chamot-Rooke (CNRS - Ecole Normale Supérieure de Paris) 
A. Rabaute (GeoSubSight - Ecole Normale Supérieure de Paris

Plus de détails

Télécharger le Bon de commande

R023

50,00 €

50,00 € par carte

Version numérisée au format .pdf haute résolution, envoyée par lien de téléchargement.

Note : Cette carte est soumise à un contrat de licence, téléchargeable sous l'onglet "Download" de cette page, qui devra être signé et renvoyé à l'adresse ccgm@sfr.fr  afin de pouvoir recevoir les documents.

Cette carte est également disponible au format papier sur notre catalogue.

Les mesures par satellite des déplacement des plaques lithosphériques qui découpent la surface de la Terre ont connu ces dernières années un progrès accéléré. Des images spectaculaires des déformations horizontales de la croûte terrestre affluent à un rythme rapide, résolvant, localement, quelques énigmes de la cinématique des plaques, et soulevant de nouvelles questions, ailleurs. Le but de cette carte est de montrer le cadre actuel de la tectonique des plaques à la lumière de ces nouvelles mesures satellitaires, superposé à un fond physiographique lui aussi dérivé des techniques spatiales.

Bien qu’il existe maintenant des milliers de stations géodésiques utilisables à travers des réseaux locaux, régionaux, mondiaux, n’ont été utilisés pour cette carte que les sites permanents qui ont servi à la réalisation de l’ITRF (International Terrestrial Reference Frame = Repère de Référence Terrestre International). C’est la version ITRF2005 qui a servi à l’élaboration de cette carte. Ces mesures géodésiques des déplacements réellement observés sont indiqués par des flèches rouges. Ont été également figurés sur l’ensemble du fond cartographique, par un maillage régulier de flèches grises, un modèle global des mouvements des plaques déduit de la combinaison de plusieurs réseaux régionaux.

On insistera sur le fait que cette nouvelle carte a été réalisée sur une base totalement nouvelle. En effet, jusqu’à il y a peu, les modèles de cinématique des plaques étaient basés sur la méthode indirecte faisant intervenir les anomalies magnétiques d’une croûte océanique âgée de quelques millions d’années. On appelle cette méthode, jusque-là conventionnelle, modélisation géologique par contraste avec la nouvelle méthode basée sur la géodésie spatiale et appelée modélisation géodésique. Il convient de souligner que cette dernière a permis de confirmer la validité de la « modélisation géologique » pour nombre de plaques. Cela a été assez surprenant non seulement à cause de la grande différence des échelles de temps concernées par chacune des deux méthodes (3 millions d’années vs. quelques années) mais aussi parce que les modèles géodésiques sont (jusqu’à présent) uniquement basés sur des mesures effectuées par des stations localisées sur les terres émergées.

En plus de pouvoir donner les mouvements crustaux horizontaux aux endroits où les modèles géologiques conventionnels sont inopérants, les modèles géodésiques permettent de réévaluer les mouvements des plaques principales (mouvements en régime stationnaire) et aussi d’examiner l’évolution de ces mouvements au cours du temps – en particulier à proximité des frontières de plaques (déformations transitoires, comme celles liées au cycle sismique).

Les plaques ne sont pas nécessairement toutes limitées par des failles bien localisées et les frontières diffuses sont aussi répandues au sein de la lithosphère continentale, dans les régions de compression diffuse (p. ex. Méditerranée, Andes et chaîne Himalayenne) ou d’extension diffuse (p. ex. province des Basin and Range aux USA, Turquie occidentale). Quoique moins bien étudiées, les zones de compression et/ou d’extension diffuse existent aussi dans la lithosphère océanique, comme les frontières diffuses entre les plaques Inde-Australie-Capricorne (océan Indien) entre les plaques Amérique du Nord et Amérique du Sud (Atlantique Central), entre les plaques Macquarie et Australie (océan Austral).

En nous basant sur l’observation des déformations actives – à partir de travaux de terrain ou de la sismicité – il a été choisi de caractériser ces régions de déformation diffuse par un figuré spécifique (marron clair) complété localement par quelques indications sur le type de déformation qu’elles subissent (flèches jaune vif).