Panier  

Aucun produit

0,00 € Expédition
0,00 € Taxes
0,00 € Total

Les prix sont TTC

Panier Commander

https://ccgm.org/224-585-thickbox_leoshoe/carte-geologique-de-la-republique-de-djibouti-pdf.jpg Voir en plein écran

Carte géologique de la République de Djibouti - PDF

1ère éd.
Projection : UTM, zone 38N, datum WGS 84
Échelle : 1/200 000
Auteurs : Bernard Le Gall, Mohamed Ahmed Daoud, René Maury, Françoise Gasse, Joël Rolet, Mohamed Jalludin, Antoine-Marie Caminiti, Nima Moussa
© Centre d'Étude et de Recherche de Djibouti (CERD), CCGM 2015               

 


Plus de détails

Télécharger le Bon de commande

R144

75,00 €

75,00 € par carte

Version numérisée au format .pdf haute résolution, envoyée par lien de téléchargement.

Note : Cette carte est soumise à un contrat de licence, téléchargeable sous l'onglet "Download" de cette page, qui devra être signé et renvoyé à l'adresse ccgm@sfr.fr  afin de pouvoir recevoir les documents.

Cette carte est également disponible au format papier sur notre catalogue.

Malgré ses dimensions modestes, proches de celles de la Bretagne, la République de Djibouti a le privilège d’héberger l’un des sites les plus emblématiques de la géologie du globe - le rift d’Asal. Avec ses entablements de laves basaltiques, découpés en lanières par des réseaux de failles, le fossé d’Asal, dont le plancher se situe à – 150 m sous le niveau de la mer du Ghoubbet, est l’aboutissement d’un étirement et d’un amincissement de la lithosphère continentale, à l’avant de la ride océanique d’Aden séparant les plaques Arabie et Somalie. Ces processus géodynamiques de premier ordre, proches du stade de la déchirure continentale, sont exceptionnellement exposés à Djibouti, mais, paradoxalement, aucun document cartographique ne rendait compte à ce jour de leur contexte géologique régional. Cette lacune est maintenant comblée par la Carte géologique de la République de Djibouti à l'échelle de 1/200 000 (éditée par la Commission de la Carte Géologique du Monde) établie entre 2011 et 2015 sous la coordination de Bernard Le Gall (UMR/CNRS 6538) et en étroite collaboration entre scientifiques du laboratoire ‘Domaines Océaniques’ de Brest (René Maury et Joël Rolet) et du CERD de Djibouti.

Synthèse de dix cartes 1 : 100 000 existantes, combinée à des données nouvellement acquises sur le terrain et par imagerie satellitaire, ce document original met en exergue les principales composantes du système Afar à Djibouti, à savoir :

- la prépondérance du volcanisme synrift dont les laves basiques et acides, émises depuis environ 30 millions d’années (Ma) dans le contexte du panache mantellique Afar, couvrent plus de 70 % du territoire djiboutien.

- l’importance des réseaux de failles, très jeunes (< 3 Ma), marqueurs de l’extension crustale et responsables d’une morphologie en blocs basculés et grands fossés subsidents, tels celui d’Asal.

- l’hétérogénéité des dépôts sédimentaires, qu’ils soient d’origines continentale, comme le remplissage terrigène des fossés, ou marine comme les évaporites d’Asal et les calcaires récifaux frangeant le Golfe de Tadjourah.

- l’existence d’un substratum ante-rift représenté par les grès et calcaires mésozoïques du secteur d’Ali Sabieh. Leur structure en antiforme est attribuée à l’intrusion d’un laccolithe au stade précoce du rifting.

- la géologie marine du Ghoubbet, du Golfe de Tadjourah et des approches de Bab el Mandeb intègre les réseaux de failles et les volcans sous-marins identifiés sur les documents bathymétriques disponibles.

La carte Physiographie fournit une image numérisée "à grain fin" de la morphologie des surfaces émergées et sous-marines, complétée par le dessin de courbes isobathes sélectionnées (-200 m, -1000 m, puis tous les 1000 m). Parallèlement à son intérêt scientifique, l'esthétique de cette feuille est indéniable. Quelque 300 volcans actifs ou holocènes, et environ 40 cratères d'impact météoritiques y sont reportés.


Sur la Carte Structurale on a représenté, à terre, les caractéristiques géologiques les plus marquantes : Archéen, Protérozoïque, bassins phanérozoïques; orogenèses paléozoïques, mésozoïques, et cénozoïques; accidents majeurs, grandes failles de décrochement, fronts de chevauchement. En raison de son environnement spécifique (calotte glaciaire géante) l'Antarctique a reçu un traitement cartographique approprié. Pour les zones sous-marines, l'accent a été mis sur la structuration de la croûte océanique : âges chronostratigraphiques, axes d'accrétion océanique, failles transformantes, zones de subduction, reliefs de croûte anormale (rides asismiques, plateaux océaniques, ...). Sont figurés en outre, la localisation de points de mesure (picks) des anomalies magnétiques standard (chron), les vecteurs de divergence (dorsales d'accrétion) et de convergence (zones de subduction), l'épaisseur des sédiments recouvrant le socle océanique, et la zone de compression qui affecte la croûte océanique entre le bloc continental de l'Inde et son homologue australien.

Les séismes d'une magnitude = 5,0 ont été reportés, à terre et en mer, avec un figuré dépendant de leur puissance et de leur profondeur au foyer.

En encadré, une esquisse géodynamique résume les grandes caractéristiques de la tectonique des plaques de la zone cartographiée ; elle souligne notamment l'empreinte du point chaud de la Réunion sur la lithosphère en mouvement depuis environ 65 Ma, époque du gigantesque épanchement des basaltes des trapps du Deccan. Après épuisement de l'édition originale, une version réduite des deux cartes à l'échelle de 1/40 000 000 est sortie en octobre 2013.

Notes explicatives à télécharger ici