Geological map of the Republic of Djibouti

16,00 

1e édition
Projection : UTM, zone 38N, datum WGS 84
Echelle : 1/200 000
Auteurs : Bernard Le Gall, Mohamed Ahmed Daoud, René Maury, Françoise Gasse, Joël Rolet, Mohamed Jalludin, Antoine-Marie Caminiti, Nima Moussa
© Centre d’Etude et de Recherche de Djibouti (CERD) et CCGM 2015

Availability: In stock

Secure payment guaranteed

Description

Malgré ses dimensions modestes, proches de celles de la Bretagne, la République de Djibouti a le privilège d’héberger l’un des sites les plus emblématiques de la géologie du globe – le rift d’Asal. Avec ses entablements de laves basaltiques, découpés en lanières par des réseaux de failles, le fossé d’Asal, dont le plancher se situe à – 150 m sous le niveau de la mer du Ghoubbet, est l’aboutissement d’un étirement et d’un amincissement de la lithosphère continentale, à l’avant de la ride océanique d’Aden séparant les plaques Arabie et Somalie. Ces processus géodynamiques de premier ordre, proches du stade de la déchirure continentale, sont exceptionnellement exposés à Djibouti, mais, paradoxalement, aucun document cartographique ne rendait compte à ce jour de leur contexte géologique régional. Cette lacune est maintenant comblée par la Carte géologique de la République de Djibouti à l’échelle de 1/200 000 (éditée par la Commission de la Carte Géologique du Monde) établie entre 2011 et 2015 sous la coordination de Bernard Le Gall (UMR/CNRS 6538) et en étroite collaboration entre scientifiques du laboratoire ‘Domaines Océaniques’ de Brest (René Maury et Joël Rolet) et du CERD de Djibouti.

Synthèse de dix cartes 1 : 100 000 existantes, combinée à des données nouvellement acquises sur le terrain et par imagerie satellitaire, ce document original met en exergue les principales composantes du système Afar à Djibouti, à savoir :

– la prépondérance du volcanisme synrift dont les laves basiques et acides, émises depuis environ 30 millions d’années (Ma) dans le contexte du panache mantellique Afar, couvrent plus de 70 % du territoire djiboutien.

– l’importance des réseaux de failles, très jeunes (< 3 Ma), marqueurs de l’extension crustale et responsables d’une morphologie en blocs basculés et grands fossés subsidents, tels celui d’Asal.

– l’hétérogénéité des dépôts sédimentaires, qu’ils soient d’origines continentale, comme le remplissage terrigène des fossés, ou marine comme les évaporites d’Asal et les calcaires récifaux frangeant le Golfe de Tadjourah.

– l’existence d’un substratum ante-rift représenté par les grès et calcaires mésozoïques du secteur d’Ali Sabieh. Leur structure en antiforme est attribuée à l’intrusion d’un laccolithe au stade précoce du rifting.

– la géologie marine du Ghoubbet, du Golfe de Tadjourah et des approches de Bab el Mandeb intègre les réseaux de failles et les volcans sous-marins identifiés sur les documents bathymétriques disponibles.

Additional information

Panier
en_GBEnglish (UK)
0
Scroll to Top